En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Bruno Lancia : « C’est l’avenir de la filière nucléaire française qui est en jeu »


Directeur général du groupe Nuvia, Président de la Fondation INSTN depuis le 9 janvier, Bruno Lancia donne sa vision de la Fondation INSTN. Deux notions se distinguent : « compétences » et « attractivité ».


Que vous inspire votre nouveau rôle de Président de la Fondation INSTN ?

B.L. : C’est avec grand plaisir que j’ai pris la présidence de la Fondation INSTN. Quand le directeur de l’INSTN en 2016 était venu me voir avec ce projet, j’ai tout de suite adhéré à l’idée. Pour moi, c’est une question de responsabilité. Si nous ne ne mobilisons pas les jeunes, si nous ne maintenons pas nos compétences au meilleur niveau, nous aurons de plus en plus de difficultés à pérenniser  notre filière. Donc, je compte poursuivre les travaux qui ont déjà été initiés en ce sens.

Quelles en sont les grandes lignes ?

B.L. : La Fondation INSTN axe ses projets et financements autour de 4 domaines : concourir à la création de chaires d’enseignement, contribuer à améliorer les conditions de vie des étudiants inscrits à des cycles de l’INSTN, financer la conception d’outils et d’installations pédagogiques, participer à la diffusion des connaissances sur les enjeux énergétiques auprès des étudiants, des professionnels, mais aussi du public au sens large. Il est impératif que les enseignements dans le domaine nucléaire soient innovants, adaptés à l’environnement numérique dans lequel baignent les jeunes et que les compétences soient maintenues au meilleur niveau d’exigence. C’est le rôle de l’INSTN et la Fondation est là pour le soutenir dans cette démarche.

Avez-vous de nouvelles ambitions pour la Fondation INSTN ?

B.L. : Initiée par l’INSTN, bien sûr, et trois partenaires industriels (Nuvia, Apave, Assystem), la Fondation a désormais plus de deux ans d’existence. Il est temps maintenant d’intégrer d’autres partenaires. D’une part, pour apporter plus de financements et nous permettre d’augmenter nos ambitions. D’autre part, plus nous sommes nombreux, plus notre message rayonnera et c’est bien l’objectif.
En plus des missions qui sont les nôtres, un autre aspect qui me tient à cœur est de soutenir l’attractivité de nos formations pour les étudiants étrangers. C’est en faisant rayonner la culture française, l’approche et le modèle nucléaire français que l’on participera au déploiement des technologies nucléaires à l’international. Une fois de plus, c’est bien l’avenir de la filière nucléaire qui est en jeu.